URBAN HISTORY REVIEW/
REVUE D'HISTOIRE URBAINE
Purchase this issue

Vol. 38, Nº 2 (2010)
Date de publication : 2010-05-05
Nombre d'articles : 7

Editorial

Pages 2-3
Encounters, Contests, and Communities: New Histories of Race and Ethnicity in the Canadian City - PDF à Erudit.com
Auteur(s): Jordan Stanger-Ross; Franca Iacovetta

Articles

Pages 4-20
Unpacking Settler Colonialism's Urban Strategies: Indigenous Peoples in Victoria, British Columbia, and the Transition to a Settler-Colonial City - PDF à Erudit.com
Auteur(s): Penelope Edmonds

Résumé

Cet article emploie le colonialisme de peuplement et ses mécanismes comme cadre d'analyse spécifique pour comprendre les forces historiques dans la formation de colonies de peuplement en tant que systèmes politiques urbains. L'auteur, soutenant qu'il faut prêter attention aux histoires inextricablement liées de l'immigration et de la colonisation, retrace tant les fonctions symboliques et économiques que la généalogie de la colonie de peuplement afin de mettre à jour ses impératifs politiques distincts, l'expropriation de terres autochtones et la dépossession, l'enlèvement, la séquestration et la transformation des peuples autochtones. Partant d'une étude de cas de la ville de Victoria, en Colombie-Britannique, et de sa population de peuple Lekwungen tout au long du xixe siècle, l'auteur trace le passage d'une société mercantiliste mixte et fluide à une organisation politique coloniale de peuplement de plus en plus racialisée et séparée. Cette transition révèle comment les organismes et les espaces en cours d'urbanisation sont réorganisés et refaits, et comment les peuples autochtones ont été fabriqués et marqués par des catégories politiques nées des pratiques racialisées d'un colonialisme de peuplement urbain, pratiques qui sont la contrepartie des puissantes forces de l'ethnogenèse de peuplement et de la modernité coloniale.

Pages 21-35
"Toronto Has No History!" - PDF à Erudit.com
Auteur(s): Victoria Freeman

Résumé

En 1884, au cours d'une semaine complète d'événements commémorant le 50e anniversaire de l'incorporation de Toronto en 1834, des dizaines de milliers de gens fêtent l'histoire de Toronto et sa relation avec le colonialisme et l'impérialisme britannique. Une analyse des fresques historiques du défilé de la première journée des célébrations et de discours prononcés par Daniel Wilson, président de l'University College, et par le chef de Samson Green des Mohawks de Tyendinaga dévoile de divergentes approches relatives à la commémoration comme « politique par d'autres moyens » : d'une part, le camouflage du passé indigène de la région et la célébration de son avenir européen, de l'autre, une vision idéalisée du partenariat passé entre peuples autochtones et colons qui ignore la rôle de ces derniers dans la dépossession des Indiens de Mississauga. La commémoration de 1884 marque la transition entre la fondation du village en 1793 et l'incorporation de la ville en 1834 comme « moment fondateur » et symbole de la supposée « autochtonie » des colons immigrants. Le titre de propriété acquis des Mississaugas lors de l'achat de Toronto en 1787 est jugé sans importance, tandis que la Loi d'incorporation de 1834 devient l'acte symbolique de la modernité de Toronto.

Pages 36-47
Solemn Processions and Terrifying Violence: Spectacle, Authority, and Citizenship during the Lachine Canal Strike of 1843 - PDF à Erudit.com
Auteur(s): Dan Horner

Résumé

Pendant l'hiver de 1843, plus de mille ouvriers migrants irlandais embauchés pour travailler à l'agrandissement du Canal de Lachine près de Montréal font la grève pour revendiquer des salaires plus élevés. Dans les mois qui suivent, ils emploient un éventail de manifestations publiques, y compris processions nocturnes, charivaris, émeutes et parades, afin d'intimider leurs rivaux économiques et faire pression pour le soutien de la collectivité en général. Ces rassemblements ont joué un rôle central dans la façon dont les élites ont re-conceptualisé la ville, la citoyenneté et leur propre autorité à l'aube d'une période qui verra Montréal transformé par l'immigration massive et l'enracinement d'une économie capitaliste. Ils offrent également un aperçu de ce que la ville représentait pour les ouvriers grévistes en tant que moteur d'exploitation et lieu de refuge et de résistance.

Pages 48-63
Homeland Crisis and Local Ethnicity: The Toronto Irish and the Cartoons of the Evening Telegram 1910–1914 - PDF à Erudit.com
Auteur(s): William Jenkins

Résumé

Cet article examine une critique du « nationalisme diasporique » affectant les Irlandais du Canada à travers le prisme de Toronto, destination importante pour les immigrants irlandais protestants au XIXe siècle. Situé à l'ère de la troisième home rule bill et de l'articulation de l'opinion à son égard à Toronto (1910–1914), l'article porte les médias torontois et notamment sur le contenu visuel de caricatures publiées dans le résolument pro-empire Evening Telegram. L'auteur démontre comment un répertoire familier de mythes irlandais a été greffé sur le corps de diverses personnalités « irlandaises » ou « ulstériennes » de Toronto, les reliant avec des événements de l'autre côté de l'Atlantique. Ces représentations satiriques ont également informé la lecture de la nationalité irlandaise à Toronto. Elles suggèrent que, tandis qu'une identité nationaliste « verte » avait acquise au début du XXe siècle un caractère respectable et en grande partie de classe moyenne chez les catholiques de naissance et d'ascendance irlandaise, il y avait encore des forces à l'oeuvre qui s'opposaient à ce que ces derniers soient mis sur un pied d'égalité avec la majorité protestante de Toronto.

Pages 64-74
Public Commemoration and Ethnocultural Assertion: Winnipeg Celebrates the Diamond Jubilee of Confederation - PDF à Erudit.com
Auteur(s): Robert Cupido

Résumé

La célébration pancanadienne du Jubilé de diamant de la Confédération était sensée promouvoir l'idée d'une nationalité « nouvelle » fondée sur la dualité linguistique et culturelle associée aux deux « peuples fondateurs » du Canada. On s'attendait à ce que la participation à grande échelle de néo-Canadiens accélère leur assimilation au creuset (« melting pot ») de la nouvelle nationalité, qui ne reconnait pas la légitimité d'une double identité et d'appartenances partagées. Les diverses communautés ethniques marginalisées de Winnipeg ont contesté tant la signification officielle du Jubilé de diamant que l'anglo-conformité hégémonique de la culture civique municipale. Elles ont transformé la fête en un véhicule pour représenter leurs identités ethnoculturelles dans la sphère publique et affirmer une version alternative pluraliste de la nationalité canadienne. Les célébrations du Jubilé de Winnipeg sont devenues un jalon dans un processus continu de « dialectique de la résistance et de l'accommodement » qui a permis à des groupes d'immigrants de négocier les conditions de leur intégration dans la société canadienne et qui continue de structurer la relation entre cultures minoritaires et dominantes au XXIe siècle.

Pages 75-87
Locating Diaspora: Afro-Caribbean Narratives of Migration and Settlement in Toronto, 1914–1929 - PDF à Erudit.com
Auteur(s): Jared Toney

Résumé

Cet article considère l'expérience afro-caribéenne à Toronto au début du vingtième siècle. L'analyse se concentre sur l'identification des processus de création de la diaspora ainsi que ses pratiques afin d'étudier la circulation de discours communautaires, nationaux et raciaux entre différents sites et à travers les frontières. L'éclairage de la tension entre l'expérience locale et la conscience de l'appartenance à la diaspora permet d'enquêter sur la manière dont les identités migrantes sont constituées, contestées et re-formulées. Se faisant, l'analyse évalue l'influence de différentes frontières (nationale, culturelle, sociale) sur la constitution d'identités trans-locales et transnationales. Construit à partir de récits individuels, cet article identifie les principaux traits, institutions, processus et pratiques qui définissent l'expérience afro-caribéenne à Toronto et qui informent les relations de cette communauté locale avec les diasporas noires et caribéennes mondiales. Les facteurs clefs de la construction identitaire sont, entre autres, l'expérience de la discrimination, le marché du travail, la sociabilité, ainsi que des organismes comme l'Universal Negro Improvement Association de Marcus Garvey. Cet article s'inscrit pleinement dans une dialectique entre le global et le local. Il « localise la diaspora », afin de démontrer l'importance de différentes frontières dans la création de réseaux migrants et la construction identitaire au sein de la diaspora.

Tous droits réservés © Urban History Review / Revue d'histoire urbaine, 2010

Inscrivez-vous à notre liste de communication

* champs requis