URBAN HISTORY REVIEW/
REVUE D'HISTOIRE URBAINE

REVUE D'HISTOIRE URBAINE Vol. XXXV, No. 1

Octobre 2006

page 3

Understanding the Built Form of Industrialization along the Lachine Canal in Montreal

Desmond Bliek and Pierre Gauthier

Résumé

Cet article trace la morphogenèse de l’un des berceauxde l’industrialisation canadienne : le corridor du canalLachine à Montréal. Les auteurs livrent une premièrelecture de l’évolution des artefacts et des formes spatialesqui se déploient de part et d’autre du canal, depuissa construction à compter de 1819. À l’histoire de l’industrialisationet à celle des communautés ouvrières desabords du canal Lachine, se superpose ici une histoireinédite, celle d’un morceau de ville dont la genèse et lalente sédimentation des formes bâties témoignent et enregistrentl’impact de l’émergence, de l’apogée et du déclindu nouvel ordre économique industriel. Nous démontreronsque l’urbanisation du corridor du canal Lachine estle fruit d’une dialectique complexe entre un ordre spatialrésidentiel de faubourg et un ordre spatial industrielde première et seconde moutures. Ainsi, aux tissages etmodes d’articulation fins des espaces domestiques et deleurs espaces contigus de socialisation et d’échange quesont les trottoirs, rues et autres parvis d’église, succèdeou se superpose un espace divisé et organisé en fonctiondes flux, tantôt de matériaux et de biens, tantôt d’énergie,qui sont destinés à alimenter la machine industrielle.Les tissus urbains, résidentiels comme industriels, livrentaujourd’hui le témoignage, en dur dans les artefacts, ouen creux, dans les configurations spatiales, des conditionshistoriques qui les ont vues naître et se transformer.
page 18

From Summer Cottage Colony to Metropolitan Suburb: Toronto’s Beach District, 1889–1929

Nik Luka

Résumé

Comment les lieux de villégiature sont-ils devenus des banlieues métropolitaines ? Cette étude de cas porte sur un secteur de Toronto localisé au bord du Lac Ontario—The Beach—soit une zone de chalets d’été établie au cours des années 1880. Pendant une période de 40 ans, cette zone s’est progressivement transformée en une banlieue peuplée majoritairement de résidants de la classe moyenne (ainsi définis en fonction des occupations de ces derniers). En utilisant des données issues du rôle municipal d’évaluation foncière et de l’histoire locale, croisées avec l’analyse de la croissance de la forme urbaine du secteur, cette étude avance trois énoncés. En premier lieu, The Beach constitue un exemple typique de la croissance des banlieues qui datent d’avant la deuxième guerre mondiale : un processus de développement lent et éparpillé, intégrant à peine les caractéristiques le plus souvent associées aux banlieues pavillonnaires, comme en témoigne, d’ailleurs, l’éclectisme actuel de la forme des tissus qui composent ces secteurs. En deuxième lieu, la géographie sociale des grandes agglomérations industrielles résulte d’une appropriation collective par ses usagers entre 1890 et 1930. Finalement, le chapitre discute du rôle des lieux de villégiature comme antécédents de la banlieue métropolitaine. Peut-on en conclure que l’origine de ces middle-class suburbs reste ancrée dans les usages et les représentations de l’espace en lien avec les notions de loisir et de détente ?
page 33

A Regional Perspective on Canadian Suburbanization: Reflections on Richard Harris’s Creeping Conformity

Larry McCann

Résumé

L’ouvrage récent de Richard Harris, Creeping Conformity, présente une interprétation bien argumentée de l’histoire de la suburbanisation au Canada, de la fin du XIXe au milieu du XXe siècle. Plus particulièrement, Harris allègue que les banlieues canadiennes sont passées de la diversité à la conformité. Elles ne sont plus désormais un enchevêtrement d’affectations du sol et de classes sociales variées. À l’initiative de grandes sociétés verticalement intégrées, bénéficiant d’hypothèques fédérales et d’autres politiques fiscales, les banlieues sont plutôt devenues représentatives de la classe moyenne et se sont engagées dans un processus de « conformité » en aménageant leur environnement physique et social. L’article suggère que les facteurs spécifiquement régionaux—par exemple, l’aménagement de terrains relatifs à une société dans les villes de l’Ouest canadien avant la Première Guerre mondiale, de même que la planification urbaine et la législation provinciale sur le zonage au cours des années 1920—ont dû s’élaborer dans le cadre d’un modèle évoluant de la « diversité à la conformité ». Cette démonstration nous amène à mieux déterminer comment, quand et jusqu’à quel point la notion de conformité est apparue pour caractériser le paysage suburbain au Canada.

Inscrivez-vous à notre liste de communication

* champs requis