REVUE D'HISTOIRE URBAINE/
URBAN HISTORY REVIEW

Vol. 43, Nº 1
Date de publication: 2015-05-22
Nombre d'articles: 10

Articles

Pages: 5–19
White-Collar Workers and Neighbourhood Change: Jarvis Street in Toronto, 1880–1920 PDF à Erudit
Auteur(s) Nicholas Lombardo

Résumé

En 1880, Jarvis Street, juste à l'est du quartier des affaires de Toronto, était le quartier résidentiel de l'élite de la ville, accueillant plusieurs Torontois notables comme les familles Massey et Gooderham. En 1920, on y trouvait un nouveau groupe de jeunes cols blancs indépendants. Ces changements à caractère social, démographique et professionnel ont été accompagnés par des changements physiques à la forme construite de la rue Jarvis. Les résidences familiales de l'élite du XIX siècle ont été converties en pensions et en maisons de chambres, ou démolies et remplacées par quelques-uns des premiers immeubles d'habitation de la ville. Ces changements ont été motivés par le développement du capitalisme corporatif à Toronto et la croissance concomitante des cols blancs, ainsi que par les modifications à la forme urbaine associées à la croissance de la ville vers l'extérieur. Cet article examine la relation entre le changement au niveau du quartier et les changements socio-économiques survenus dans le paysage urbain en Amérique du Nord à l'époque. Il le fait en utilisant des données historiques variées, dont les registres d'impôts de la ville de Toronto, les annuaires de ville, ainsi que des articles de journaux contemporains. Cette étude de cas des changements sociétaux et au niveau du genre, du travail et de la forme physique de la rue Jarvis démontre la façon dont les processus socio-économiques plus larges s'inscrivent à l'échelle du quartier. Ce faisant, elle démontre l'importance de comprendre l'évolution des quartiers comme matérialisation locale des processus sociaux, économiques et démographiques.

Pages: 21–37
Urban Restructuring, Homelessness, and Collective Action in Toronto, 1980–2003 PDF à Erudit
Auteur(s) Jonathan Greene

Résumé

Cet article explore les liens entre la restructuration urbaine, l'itinérance et l'action sociale à Toronto durant les années 1980 et 1990. À Toronto, comme ailleurs à cette époque, la restructuration urbaine allait de pair avec une série de changements politico- économiques et spatiaux inter-reliés, incluant des changements économiques et professionnels, la gentrification, des réformes liées à la gestion néolibérale et des changements dans la mentalité urbaine d'entreprenariat. L'ensemble de ces transformations ont joué un rôle dans la production et la consolidation de nouvelles formes de polarisation socio-spatiale et de ségrégation qui ont fortement marqué le portait de la pauvreté urbaine. L'une des manifestations les plus évidentes des effets d'inégalité de la restructuration a été l'émergence et la consolidation de l'itinérance à un niveau important. Cette transformation de la pauvreté a par la suite entraîné des changements dans les tendances de l'activisme politique. Ce sont ces transformations de l'activisme politique que cet article explore, en se concentrant sur l'itinérance en tant que moteur fondamental de la mobilisation et de la résistance à la restructuration urbaine durant cette période importante pendant laquelle Toronto devenait une ville de deuxième rang international. On avance donc que la restructuration urbaine, l'itinérance et les tendances de l'action sociale sont inter-reliées de deux principales façons. Premièrement, les représentants et les militants de l'action sociale ont défini la crise de l'itinérance comme un effet direct de la restructuration urbaine ; ainsi l'action collective, en se mobilisation pour la défense des itinérants, consistait également en un mouvement de contestation de la restructuration urbaine. Deuxièmement, avec le temps, les politiques de restructuration ont déterminé les tendances de l'action sociale, en influençant leur organisation, leurs stratégies et les aspects tactiques de leur action.

Comptes rendus

Pages: 41–42
Brasilia entre le mythe et la nation . Márcio de Oliveira, (Paris: L'Harmattan, 2014), 228 p. PDF à Erudit
Auteur(s) Tatiana Acevedo
Pages: 42–43
Cities of Oil: Municipalities and Petroleum Manufacturing in Southern Ontario, 1860–1960. . Timothy W. Cobban, Toronto: University of Toronto Press, 2013. Pp. 172. Maps PDF à Erudit
Auteur(s) Christina Burr
Pages: 43–44
Poitiers au XVII. Antoine Coutelle, (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014), 469 p. PDF à Erudit
Auteur(s) Danny Bertrand
Pages: 44–45
L'invention de Saint-Germain-des-Prés . Éric Dussault, (Paris : Vendémiaire, 2014), 256 p. PDF à Erudit
Auteur(s) Raphaël Gani
Pages: 45–46
Les batailles de l'hygiène. Villes et environnement de Pasteur aux Trente Glorieuses. Stéphane Frioux, (Paris : Presses universitaires de France, 2013), 387 p. PDF à Erudit
Auteur(s) Michèle Dagenais
Pages: 46–47
Racial Beachhead: Diversity and Democracy in a Military Town. . Carol Lynn McKibben. Stanford CA: Stanford University Press, 2011. Pp. 352. Illustrations, maps, tables. ISBN: 9780804776998 (paperback) PDF à Erudit
Auteur(s) Godefroy Desrosiers-Lauzon
Pages: 48–48
I Speak of the City: Mexico City at the Turn of the Twentieth Century. . Mauricio Tenorio-Trillo.Chicago: University of Chicago Press, 2012. Pp 504. Illustrations, photographs PDF à Erudit
Auteur(s) Sonya Lipsett-Rivera
Pages: 49–49
Du pain ou du sang. Les travailleurs irlandais et le canal Beauharnois . Roland Viau, (Montréal : Presses de l'Université de Montréal, 2013), 328 p. PDF à Erudit
Auteur(s) Sophie Blais